Blend Web Mix 2019

3 minute read

Introduction

En cette fin d’année 2019 et un peu sous la neige se tenait l’édition 2019 du Blend Web Mix. Ces 13 et 14 novembre au Centre des Congrès de Lyon se sont réunis 1800 participants venus écouter une centaine de speakers.

Blend Web Mix logo

Cette année encore j’ai eu la chance d’y assister, vous trouverez ci-dessous quelques uns des éléments qui m’ont marqué dans cette édition.

Le Blend c’est quoi ?

Pour commencer, une petite présentation de la conférence : le Blend Web Mix est une conférence annuelle organisée par La Cuisine Du Web qui se déroule en octobre/novembre de chaque année à la Cité Internationale de Lyon. Comme son nom l’indique c’est une conférence orientée Web et qui réunit des acteurs sur 2 jours autour de sujets « tech », « design » ou « business ».
Chaque année la conférence s’articule autour d’un thème principal ; l’an dernier on y a parlé des «nouvelles identités numériques», l’occasion de parler par exemple de «data privacy», cette année le thème «tech for good» cachait derrière un nom barbare les problématiques d’éthique dans le numérique, tant en terme d’accessibilité que d’enjeux environnementaux.

Refondre une SPA et passer de EmberJS à VueJS

On attaque par un grand classique : le choix cornélien d’un framework JS !
Cette conférence présentée par Jonathan Hurter (ingénieur logiciel) portait sur un retour d’expérience de la société Scalingo («le Heroku français») qui avait besoin d’un dashboard pour leurs clients. Historiquement le choix technique avait été EmberJS pour des raisons de proximité de concepts avec les autres langages utilisés.
Quelques années de code plus ou moins assumé plus tard, les développeurs désespèrent de toucher au code du dashboard et la décision est prise de refondre entièrement l’interface. Le speaker est revenu sur le processus de choix d’un nouveau framework JS, comparaison des pour et des contre chez les quelques candidats (EmberJS, React, Angular et VueJS). Le choix final s’est porté sur VueJS et le speaker a fait le tour d’horizon des progrès obtenus au travers de ce choix.

Repenser le numérique dans les limites planétaires

LE sujet qui m’a particulièrement marqué cette année. Gauthier Roussilhe (designer et chercheur sur les effets de l’Anthropocène) a commencé par nous exposer la réalité de l’impact des usages de numérique sur la dépense énergétique (et par extension sur nos émissions gaz à effet de serre). Un focus a notamment été fait sur l’usage de la vidéo qui représente 60% des flux de données mondiaux. Après avoir posé les bases sur les impacts du numérique, une réflexion a été proposée pour concevoir un numérique moins nocif à notre environnement. Cela est fait notamment par un changement de paradigme sur la manière de concevoir les flux en reconsidérant la matérialité du numérique et prenant pour base de conception les dépenses énergétiques associées aux flux de données liées à un projet plutôt que le budget alloué. L’idée étant donc d’être économe en énergie lors de la phase de design. L’autre avantage de cette conception orientée sur l’expérience utilisateur la plus efficace possible est sa forte compatibilité avec l’accessibilité (pas d’éléments inutiles sur les pages web, une meilleure lisibilité, etc…)

Lien vers la présentation

Combattre la complexité

Rémi Guyot de chez Blabacar nous donne sa recette pour combattre la complexité des projets. Il nous fait réaliser que malgré ce qui peut paraître, les projets ne sont pas simple au début puis gagnent en complexité avec le temps, mais plutôt que la réalité est complexe dès le début d’un projet et qu’il faut combattre cette complexité. Le premier pas vers la simplification est d’accepter que la réalité soit complexe.
Il nous donne ensuite quelques outils pour “mener le combat”, notamment au travers de la méthode de “priorisation à deux listes” ainsi que par une méthode qu’il appelle H.O.R.S.E (Hide, Organise, Reduce, Standardize, Eliminate) qu’il illustre au travers d’une mise à jour de l’interface de Blablacar.

Lien vers la présentation

Les à cotés

Comme toute conférence qui se respecte le Blend ne se prive pas de gâter ses participants. Au programme des joyeusetés :

  • un buffet délicieux (cette année proposé par Monbanquet.fr)
  • une zone détente avec cette année un baby foot ou encore un écran géant pour jouer à Beat Saber
  • une soirée «networking» pour discuter avec d’autres participants entre les deux jours autour d’une bière
  • une keynote de fin toujours exceptionnelle (cette année animée par Karim Duval)

Pour aller plus loin

Chaque année les conférences sont filmées et se retrouvent en grande majorité diffusées sur le compte YouTube du Blend. Les vidéos récentes sortent généralement au compte goutte alors abonnez-vous pour ne pas les rater :)


Written by

Lionel Vallier

Optimistic application designer and developer