Bilan d’un voyage inspirant dans la Silicon Valley

12 minute read

Abstract in english

An innovative and inspiring trip in Silicon Valley

A group of 15 experts of our expert community made a trip with technical meetings in Silicon Valley. Here is a summary, written in french.

Résumé en français

Notre filière expert Worldline, riche d’une communauté de 250 experts et animée par Jean-François James a organisé un voyage de découverte, de rencontre et d’inspiration dans la Silicon Valley avec un groupe de 15 experts.

Pourquoi faire un voyage inspirant dans la Silicon Valley et à San Francisco ?

Un voyage de ce type est un voyage d’échanges, de recul, d’inspiration avec des entreprises et des organisations qui pensent et travaillent potentiellement différemment. Sur le même principe que les business trips des executive MBA, nous allons chercher des leviers pour nous remettre en question et progresser.

expert journey dans la Silicon Valley

Notre groupe d’experts

Nous étions 15 experts représentant les diverses compétences de notre communauté, chacun senior dans son domaine : développement, développement mobile, cryptographie, architecture, Cloud, IoT, stockage, data, IA, méthodes agiles, ecommerce, test/recette, paiement, esanté… correspondants aux métiers de directeur technique, ingénieur R&D, senior developer, lead architecte, coach, presales, consultants, data scientist, DBA.

Nos intervenants nous ont complimentés sur la richesse des compétences de notre groupe. Vu la profondeur de nos connaissances et de nos questions, ils ont plusieurs fois été chercher un intervenant complémentaire plus senior, comme par exemple un responsable produit ou un Vice-Président pour parler produit, roadmap et positionnement.

Les tendances que nous avons perçues

Les entreprises dans la Silicon Valley sont soumises à une concurrence féroce. Elles doivent être à la pointe pour être crédibles et pouvoir recruter. Il est donc intéressant de les écouter pour percevoir les sujets évidents.

Transformation du secteur, la fin des mono offreurs

Le secteur informatique s’est considérablement transformé. Les entreprises sur des segments d’infrastructure ont dû se transformer pour ne pas disparaître (move or die). Nous avions l’habitude de décomposer le secteur avec les grands métiers : analyste, conseil, constructeur, ESN, éditeur, hébergeur, infogéreur/mainteneur. Mais cette décomposition est bouleversée par l’uberisation des entreprises, par les plates-formes et par l’interpénétration des différentes couches. Il est maintenant assez facile pour un constructeur d’ajouter un modèle d’IA adapté à une problématique particulière grâce à l’accessibilité des outils de machine learning. Il est également assez facile de construire des outils basés sur des composants logiciels et matériels offerts et hébergés par d’autres acteurs.

Les acteurs américains paraissent avoir néanmoins une sensibilité moins forte sur la protection des données. On constate une volatilisation des données, il semble pour eux moins important que pour des européens de savoir où sont hébergées les données.

Data first

Tout le monde est dirigé par les données. Ces données sont nombreuses, volumineuses, captées par les nombreux objets connectés et par les majors GAFA+ , sans toujours respecter la vie privé. Pour le développement, on parle de “data driven development”.

Il y a 15 ans, un SAN ou un NAS construit par Hitachi ou par NetApp était un objet adulé et respecté, comme un ERP élaboré par SAP, JDEdwards, Peoplesoft. Cette époque est clairement révolue.

Machine learning & deeplearning

Comme on pouvait s’y attendre, chacun de nos interlocuteurs a voulu montrer qu’il était à même d’utiliser des algorithmes et des modèles issus du deep learning et qu’il avait ajouté ces outils à ses produits et à son catalogue. Pour ceux qui ne l’auraient pas compris, c’est maintenant évident. Pour notre équipe avec plusieurs ex-chercheurs en IA et un data analyste senior, c’était parfois amusant de les voir nous démontrer l’intérêt de l’IA.

PS : si vous êtes intéressés par ce sujet, n’hesitez pas à (re)lire notre position paper sur l’IA en santé. Je l’ai co-écrit avec Gérard Biau, Pascal Frey, chercheurs de la Sorbonne et ma collègue Emmeline Mottet.

Cloud Hybrid

Le multi-cloud ou cloud hybride est une tendance de fond. Il comprends une partie hébergée en cloud public chez Google Cloud, Microsoft Azure ou Amazon WS mixée avec une partie sur des datacenters en propre. Les outils paraissent performants. Les hébergeurs européens de données sensibles que nous sommes se questionnent néanmoins sur la problématique de protection des données sensibles et la soumission des hébergeurs américains aux lois américaines.

Les entreprises que nous avons rencontrées

Netflix: Freedom & Responsability

Nous avons échangé notamment avec un développeur senior Olivier Goutay et un directeur de production Olivier Poitrey. Il est intéressant de voir comment ils organisent une flexibilité maximale de leurs équipes par une grande autonomie individuelle des ingénieurs, une grande autonomie des équipes et une grande souplesse technique. Ils acceptent de développer plusieurs fois des composants similaires, ce qui est la contrepartie de la flexibilité et de l’autonomie des équipes. De grandes capacités de communication sont également demandées pour s’assurer que les pairs sont en phase. Tout cela est matérialisé par leur credo “freedom & responsability” (détaillé sur la page Netflix Culture)

Our goal is to inspire people more than manage them. We trust our teams to do what they think is best for Netflix — giving them lots of freedom, power, and information in support of their decisions. In turn, this generates a sense of responsibility and self-discipline that drives us to do great work that benefits the company.

Sur les congés, leur absence de process est même formalisée

Our vacation policy is “take vacation.” We don’t have any rules or forms around how many weeks per year.

De plus, ils souhaitent tester chaque idée, chaque nouveau pari. Ils ont même créé leurs propres serveurs sous leur propre marque pour optimiser la diffusion video.

expert journey dans les locaux de Netflix

Threatmetrix: fraud detection

Nous avons échangé avec plusieurs responsables dont le CTO Matthias Baumhof (directeur technique) et le Vice-Président produit de Threatmetrix. Pour plusieurs d’entre nous, les domaines de la cybercriminalité, de la sécurité et de la détection de fraude font partie de nos terrains de jeu habituel. Nous avons parlé d’identité numérique, de data management, de détection de fraude, de sécurisation des transactions, de machine learning et de recrutement ! Nous avons vu comment créer facilement de nouvelles règles de détection. Les règles sont simples mais j’ai l’impression que c’est la somme de toutes ces règles et l’agrégation des informations qui font la valeur majeure de l’ensemble. Ce ne sont pas des règles complexes comme pour un système expert ou un moteur de règles. Généralement un millier de règles de détection sont en place pour un client. Nous avons également interrogé nos interlocuteurs sur le consentement utilisateur.

Visa: Demo Innovation Center

Nous avons assisté à une démonstration complète dans le centre d’innovation de Visa à San Francisco. C’était un vrai show lors de la démonstration très immersive avec un story telling très élaboré. On retrouve l’enthousiasme et l’amour des histoires à l’américaine. Contrairement à Netflix, Visa présente une culture d’entreprise rodée, fortement structurée et procédurée. Cela leur a permis de créer une démonstration très aboutie avec une histoire bien structurée. J’ai particulièrement apprécié le lien virtuel-réel. En effet, la commande de café dans l’écran de demo à partir d’une compte de testeur abouti à une vraie commande de café préparé dans la cafétéria. Les démonstrations de maison connectée, de voiture connectée, de eticketing, de ecommerce sont de bon niveau et similaires à ce que nous présentons dans nos propres centre de démonstration (nos BTIC). Nous avons également eu leur vision des apports de l’IA et du machine learning. Sur cette dernière thématique, notre groupe qui comprenait 3 docteurs en IA n’a pas appris grand-chose.

Google Apigee: overview & roadmap

Nous avons été reçus dans les locaux de Google, dans la partie Google Cloud par Eve Psalti et les équipes en charge de Apigee. Rentrer dans ces locaux Google avec un badge invité était émouvant pour notre groupe d’informaticiens. Nous avons parlé de stratégie API, de la démarche d’agrégation, des bonnes Pratiques d’API management et de la Roadmap d’Apigee avec Prithpal Bhogill responsable produit ! Les échanges étaient poussés puisque nous sommes utilisateurs des solutions d’API management d’Apigee et que nous sommes des précurseurs ou évangélisateurs de l’API management auprès de nos clients. Nous croyons sincèrement à l’utilité des API dans un monde informatique organisé comme un écosystème.

(PS : le terme d’évangélisateur est habituel dans notre profession d’informaticien, n’y voyez rien de particulier.)

Nous avons également parlé de management et nous avons déploré ensemble la féminisation encore insuffisante de la profession.

Pour le domaine de l’informatique de santé, l’API management est relativement nouveau. c’est néanmoins un sujet poussé dans la cadre de la loi Ma santé 2022. C’est le pendant technique de la conviction phare de Laura Létourneau (voir son livre “Ubérisons l’État ! Avant que d’autres ne s’en chargent”).

expert journey dans les locaux de Google

Hitachi Vantara : storage to digital

Brian Householder le CEO (Chief Executive Officer) et Dennis Deane Vice-Président alliance nous ont expliqué l’évolution stratégique de Hitachi Vantara, depuis l’historique « entreprise d’infrastructure » vers la nouvelle entreprise « digital transformation ». Il est intéressant de voir le repositionnement complet de cet acteur, avec des acquisitions externes et la création de nouveaux produits. Nous avons également parlé CSR (responsabilité sociale et environnementale des entreprises) avec le CEO. C’est important pour les citoyens lambda que nous sommes, de pouvoir interroger un CEO sur ce sujet, dans notre industrie informatique consommatrice d’énergie et de métaux lourds. Merci à Olivier Mass, d’avoir osé démarrer ce débat. Olivier travaille sur ce sujet au sein de la communauté scientifique d’Atos. Nous avons parlé IoT (Internet of Thing). Nous avons été intéressés par leur produit de camera video embarquant un algo IA pouvant compter le nombre de personnes dans un lieu sans l’implication de données personnelles. Pour nos clients nous confiant leurs données sensibles, la préservation des données personnelles est importante. Je comprends, par ailleurs, que Hitachi Vantara a structuré l’offre de data management and analysis Lumada (Lumada Data services, Lumada Data lake…) autour de Pentaho, acquise en 2015. J’ai beaucoup aimé nos échanges sur le DataOps !

Si vous souhaitez en savoir plus sur le DataOps, n’hésitez pas à voir le manifeste DataOps.

expert journey dans les locaux de Hitachi Vantara

NetApp: multicloud

Nous avons été accueillis par NetApp dans leur centre client par un “welcome Worldline” sur tous les écrans du rez-de-chaussée. Comme Hitachi Vantara, ils ont opéré une transition forte pour ne plus rester uniquement un fournisseur de stockage. Nous avons pu découvrir leur transition vers la gestion de cloud hybride multi provider. Ils étaient offreurs de 2 produits sur le stockage il y a 5 ans avec une release majeure tous les 24 mois. Ils sont aujourd’hui à la tête d’un portefeuille riche et ont transformé leur organisation pour délivrer maintenant des releases tous les 6 mois. J’ai été heureusement surpris et impressionné par leur portefeuille produit. J’ai particulièrement bien aimé les échanges pour optimiser les coûts de stockage avec Jean-François Marie. La conclusion avec Octavian Tanase, vice président, nous a éclairé sur leurs bonnes pratiques de transformation des équipes techniques.

expert journey dans les locaux de NetApp

Azul systems: JVM

Gil Tene, le CTO et cofondateur nous a plongés dans le monde Java et ses arcanes. Gil est un personnage connu et reconnu du monde Java, animateur de communautés et créateur d’outils clés. Nous avons parlé des évolutions de Java, des orientations amenées par Oracle, de la fiabilité, de la sécurité, de l’optimisation. Nous avons évidemment parlé des 2 produits phares Zulu et Zing. Les échanges étaient très techniques dans des problématiques trapues de développeurs Java senior. Nous avons par exemple parlé longuement du garbage collector. C’était parfois difficile de suivre ces débats avancés sans être développeur Java senior.

expert journey dans les locaux d'Azul Systems

Fond d’investissement

Nous avons été accueillis par le directeur d’un fond d’investissement qui ne souhaite pas communiquer son nom. C’était intéressant de découvrir pourquoi et comment cette grande entreprise a choisi de créer un fond d’investissement. La capacité incroyable de trouver des fonds importants pour les startup faisant partie des caractéristiques clé de la Silicon Valley, il était très utile pour nous de découvrir cet aspect. Nous avons pu comprendre les problématiques de cet univers et le vocabulaire particulier : préseries, série A, série B, série C… Nous avons découvert quelques-unes des startup, ainsi que leur positionnement stratégique, dans lesquelles ce fond avait investi. La manière dont ce fond les présentait était éclairante sur ses préoccupations, sur son prisme d’analyse et sur ses attentes. Avec mon expérience de DSI d’une startup and down (startup qui a fermé), j’ai pu découvrir l’envers du décors.

Conclusions

Logistique du voyage

Globalement j’estime à 1500-1700€ par personne le budget total de notre voyage, ce qui au final est moins cher que beaucoup de formations. La préparation en revanche est assez lourde, avec notamment la recherche d’entreprises, la construction d’un agenda spécifique pour chacunes d’entre elles et la construction de l’agenda global. Cela nécessite 3-4 personnes qui construisent le planning au moins 6 mois à l’avance. Nous avons constitué un petit kit de présentation et de préparation (présentation des infos utiles, présentation des experts, de notre entreprise, tableau de synthèse des déplacements…), mis en place un channel dédié Mattermost et une discussion WhatsApp. Je ne peux que remercier encore nos organisateurs/coordinateurs : Olivier Mass et Julien Carme et tous ceux qui ont investi du temps pour préparer ce voyage.

Visites complémentaires

Une plongée dans la Silicon Valley ne se limite pas aux visites organisées. Ainsi, nous avons visité le Google Plex - le siège de Google, l’Apple Park - le siège d’Apple, le siège de Xerox, l’université de Stanford, le musée de l’informatique… Nous avons également découvert plusieurs nouveaux commerçants : Amazon Go et ses magasins sans caisses, comme celui de Zippin. Nous avons aussi pu observer les voitures autonomes, toujours avec un conducteur, comme celles de Cruise, filiale de General Motors. Certaines étaient munies du Lidar, d’autres de radars, d’autres de caméras. Toutes étaient facilement reconnaissables, bardées de différents capteurs. Nous n’avons pas constaté d’agressivité ni de méfiance vis-à-vis de ces voitures. Nous avons aussi pu voir les voitures de getaround de location instantanée. C’était instructif de pouvoir regarder les nouveaux magasins ou modes de vente et d’observer in situ les voitures en apprentissage autonome.

Accueillir des experts français

Pour les entreprises que nous avons rencontrées, au cœur de la Silicon Valley, accueillir notre groupe d’experts français était normal. Nous étions globalement des partenaires de ces entreprises rencontrées, soit notre entreprise Worldline, soit certains d’entre nous du fait de nos contacts interpersonnels. C’est pourquoi, d’après ce qu’il nous ont exprimé, nous accueillir et consacrer quelques heures leur paraissait dans l’ordre des choses. Pour nous c’était très intéressant de pouvoir échanger, discuter, creuser les sujets et aller au delà des présentations.

Au final, ce voyage était vraiment intéressant et enrichissant pour chacun des participants de notre groupe. Il m’a néanmoins moins bouleversé que les voyages que j’avais fait dans le cadre de l’executive MBA avec L’Edhec. En effet quand nous avions visité des entreprises et un hôpital de pointe en Turquie et rencontré le patron de TCS (la filière nformatique du groupe Tata) en Inde qui exprimait dans un anglais parfait en 2011 la vision de la fin de son activité principale, le offshore, cela nous avait encore plus déstabilisé.

En conclusion, ce voyage dans la Silicon Valley était très instructif, il nous a permis de revoir certaines pratiques sous un éclairage différent.


Written by

Marc Lejeune

ehealth, PhD AI, judiciary expert