Comment est calculé le prix d’un voyage en Open Payment

5 minute read

Maintenant que vous connaissez les grands principes de l’Open Payment (cf. mon article précédent) voyons comment est gérée la facturation du client.

La plupart du temps, nous payons par avance nos déplacements. Que ce soit en achetant un ticket, un carnet de tickets ou via des abonnements, le principe est le même : je paye et ensuite seulement je voyage.

L’Open Payment est lui une forme d’ABT1 qui repose sur le post-paiement : je voyage et ensuite je paye ! Et cette particularité permet d’appliquer différentes règles de facturation basées sur la politique tarifaire de l’autorité de mobilités (AOM2). Dans la suite de cet article je vais donc vous exposer comment l’on peut valoriser les taps3 et ensuite quelles sont les possibilités d’optimisation tarifaire.

Valorisation des taps

Tarification plate

La tarification plate est ce qui se rapproche le plus de ce que l’on connait avec les tickets unitaires :

  • à chaque montée le client valide ;
  • le premier tap3 est valorisé à un montant fixé par l’AOM2 et autorise le client à voyager librement sur le réseau pendant une durée fixée ;
  • tout autre tap durant cette durée ne générera pas de facturation supplémentaire ;
  • au-delà on valorise le tap et une nouvelle période commence.

En image voici ce que celà donne sur une durée de 2h avec un tarif unitaire de 2 €.

tarification plate

Tarification “OD” : Origine - Destination

La tarification OD permet de définir un montant selon la distance parcourue. Là encore une image est plus parlante.

tarification origine-destination

La condition de mise en place de cette solution est d’avoir un réseau fermé. C’est à dire qu’un tap est nécessaire en entrée mais également en sortie (type RER parisien). Il n’est donc pas très adapté à la majorité des réseaux que l’on connait où l’on valide juste en entrée et dont la sortie est libre.

Optimisation tarifaire

Comme dit précédemment, le fait que l’Open Payment soit du post-paiement ouvre le champ des possibles en ce qui concerne les optimisations tarifaires.

Nous allons décrire ici quelques cas assez représentatifs de ce qu’il est possible de faire et qui permettent d’envisager bien d’autres traitements.

Le fee capping

Lorsque je sais que je vais beaucoup me déplacer en ville, j’aime pouvoir prendre un ticket à la journée qui me revient bien moins cher qu’utiliser 4 ou 5 tickets unitaires par exemple.

Et bien rassurez-vous, il est tout à fait possible de mettre en place ce que l’on appelle dans la langue de Shakespeare le “fee capping” (nom que je continuerai à utiliser dans la suite de cet article) et dans celle de Molière “le plafonnement de facturation”.

Si l’on reprend le cas de la tarification plate, lors de la réception d’un tap vous vous rappelez que l’on regarde ce qui s’est passé précédemment afin de déterminer la valorisation (ou non) de ce dernier. Et bien si le “fee capping” est activé, lors du traitement du tap le système vérifiera si l’on va dépasser le montant journalier maximum décidé par l’AOM. Si oui, alors le tarif sera ajusté de sorte à ce que le total de la journée corresponde à ce montant journalier.

Là encore une image est sans doute plus parlante. Reprenons le cas d’un voyage unitaire à 2 € avec un montant journalier maximum de 5,60 €.

fee capping journée

“C’est très bien, mais quid d’un forfait week-end par exemple ?!”

Et bien qu’à cela ne tienne, l’Open Payment vous le permet également ! Car si ce tarif est prévu, alors imaginons que vous ayez voyagé tout le samedi (avec un fee capping à la journée), si vous voyagez le dimanche alors le système va vérifier ce que vous avez consommé la veille et valoriser vos transactions avec le même raisonnement que précédemment.

Et voici en image ce que cela donne en reprenant l’exemple du fee capping avec un forfait week-end à 10 €.

fee capping deux jours

Evénements spéciaux

Dans certains cas, l’AOM peut également décider de modifier ses tarifs de façon ponctuelle afin d’inciter les gens à prendre les transports en commun :

  • gratuité lors de pics de pollution ;
  • rabais lors d’événements particuliers comme les marchés de Noël, la fête des lumières à Lyon…
  • un tarif unitaire dépendant de l’heure de la validation afin d’inciter les gens à voyager hors des périodes de pointe.

Tout est envisageable !

Conclusion

Comme vous l’avez sans doute compris, le fait que l’Open Payment soit une forme du post-paiement permet de définir moult règles de traitements allant de la plus simple à la plus complexe. Cependant, il faut savoir raison garder !

Une des clés de l’adoption de l’Open Payment réside dans la confiance des clients sur ce qui leur sera facturé. Cela passe donc par une politique tarifaire claire et lisible facilement. Alors, certes, la tentation pourrait être de multiplier les cas particuliers de calcul pour garantir un tarif le plus avantageux possible… mais cela risque de brouiller les choses pour des cas mineurs et de générer de la défiance.

Lors de l’établissement de la politique tarifaire liée à l’Open Payment, il faut donc bien identifier la population cible. Généralement ce sont les occasionnels (touristes, locaux sans abonnement…) sur des durées de l’ordre de quelques jours. Si l’on veut répondre à des durées de l’ordre du mois et plus, autant proposer un abonnement pré-payé. Il est même possible d’utiliser la carte bancaire qui a servi à payer l’abonnement comme carte de transport (ceci grâce au mode “CAATT”, pour “Card As Authority To Travel”). Un cas d’usage : les étudiants qui viennent faire 3-6 mois de stage dans une ville et qui n’ont pas besoin d’une carte de transport au-delà de cette durée.

Voilà, j’espère avoir été assez exhaustif et clair sur les possibilités offertes. Pour clore cet article, gardons bien en tête que l’Open Payment n’en est qu’à ses débuts. Il convient donc avant tout de rester simple et efficace pour gagner la confiance des clients ce qui reste, à mon sens, une des clés du succès.

Et comme toujours, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, des remarques, je reste à votre disposition.

  1. Account Based Ticketing : système qui déporte les titres du support vers un SI. Permet entre autres de ne plus gérer que des titres prépayés mais des transactions valorisées ultérieurement. 

  2. Autorité Organisatrice de Mobilités plus de détails ici : https://www.gart.org/nos-adherents/autorites-organisatrices-de-mobilite/  2

  3. Le tap est l’ensemble des informations récupérées par un valideur lorsqu’on lui présente une carte.  2


Written by

Lionel Lepoutre

I am sure I can help you. #ticketing #openpayment