Impressions sur Devoxx France 2017

4 minute read

Impressions générales

Du 5 au 7 avril, j’ai eu la chance de participer à la 6ème édition Devoxx France 2017 au Palais des Congrés à Paris. Je vous propose de partager mes impressions. C’était mon premier Devoxx (nul n’est parfait). Mon événement le plus récent en la matière était JavaOne 2016. Autant dire que la barre était très haute et je m’attendais à un événement sans doute de moindre ampleur, et certainement de moindre intérêt.

Certes il n’y avait pas la démesure «américaine» de JavaOne et la Porte Maillot n’a pas la magie de San Francisco, mais au final je n’ai pas été déçu. L’organisation est bien rôdée et les présentations de bon niveau. Une fausse note toutefois : la capacité de l’amphithéâtre principal insuffisante pour accueillir tout le monde lors des keynotes.

En terme de présence d’entreprise, le spectre était large : des startups, des éditeurs de toute taille ainsi que des entreprises traditionnelles comme Axa et Société Générale qui défendent une image « high tech ».

Les talks

Voici un résumé des sujets qui m’ont plus particulièrement marqué.

Je commence par vous livrer en vrac les mots à la mode glanés au fil des discussions et qui vous permettront (peut-être) de briller en salon pour les 6 prochains mois (durée non garantie) : TensorFlow, Reactive Streams, BackPressure, Kotlin, Jigsaw, Serverless, GraphQL. Je vous laisse le soin d’utiliser votre meilleur ami (Google ou Qwant selon vos convictions) pour en savoir plus si besoin.

L’Intelligence Artificielle (IBM parle d’intelligence augmentée) et plus particulièrement son impact sociétal a occupé une bonne partie des keynotes :

  • Eric Sadin (écrivain-philosophe que nous avions invité lors de l’Espace Experts Worldine en octobre 2015) nous a interpellé sur la responsabilité de l’ingénieur. D’après lui, nous entrons dans l’ère de la “mesure intégrale de la vie” basée sur la multiplicité des objets connectés et la puissance des systèmes d’analyse de données sous-jacents. Le tout à des fins souvent mercantiles … Selon lui, l’ingénieur d’aujourd’hui n’a qu’une vision partielle du processus auquel il participe et n’a pas forcément conscience de sa finalité. Soyons donc vigilants et éveillés !
  • Alain Bensoussan (avocat spécialiste du droit du numérique) a évoqué la responsabilité du codeur dans le monde des robots. Peut-on tout coder ? Comment cerner la responsabilité du développeur ? Il nous a plongés avec maestro dans l’ambiance d’un hypothétique et futur procès où un codeur se retrouve sur le banc des accusés suite à un accident mortel de voiture autonome qu’il a programmée. Du grand art …
  • Laurent Victorino nous a amusé avec sérieux sur l’application de l’IA dans le domaine du jeu à travers sa présentation The quest for smart dumbness. Où l’on apprend que l’IA ne doit pas toujours être trop “intelligente” pour laisser ses chances au joueur humain … Au passage, on lui pardonne ses vannes sur les développeurs Java. Quoique …

La programmation réactive sous toutes ses formes a également suscité beaucoup d’attention : Reactive Streams, Reactor, RxJava, Akka Streams … Nos anciens collègues Sébastien Deleuze et Brian Clozel ont assuré une très intéressante présentation Reactive Spring. Nous avons découvert comment Reactor implémente simplement et efficacement les Reactive Streams avec ses classes Mono et Flux. Un rappel important : la programmation réactive permet d’augmenter la scalabilité (ou pour être puriste en français : le passage à l’échelle) et la stabilité (mais pas forcément le temps de traitement) qui sont des qualités essentielles pour une exécution prédictible dans le Cloud. Attention au changement de paradigme : passer de la programmation “classique” synchrone et impérative à la programmation asynchrone, non-bloquante et fonctionnelle nécessite une forte adaptation.

Spring Framework 5 a rempli l’amphithéâtre principal avec une présentation remarquable de clarté de Stéphane Nicoll. Spring 5 devient réactif grâce à de nouveaux composants : Reactor, WebFlux, Reactive HTTP.

Java EE 8 n’était pas en reste avec une salle bien remplie pour assister à un panorama exhaustif des évolutions par David Delabassée, évangéliste chez Oracle. Et non, Java EE n’est pas mort ! Les principales évolutions de Java EE 8 sont Servlet 4.0 (support HTTP/2), JAX-RS 2.1 (support Server Sent Event), JSON-P 1.1 (support JSON-Patch et JSON-Pointer), JSON-B 1.0 (binding Java-JSON) et CDI 2.0 (événements asynchrones, événements ordonnés, usage en mode Java SE). Java EE 8 est une étape de reprise après une longue période d’inactivité permettant la modernisation de Java EE vers le Cloud et les Microservices.

Docker : la présentation Au secours ma production est sous Docker assurée par François Teychene a permis d’aborder quelques points de vigilance :

  • la gestion des montées de version Docker,
  • la reprise sur erreur avec des données persistantes,
  • le monitoring et la gestion des logs,
  • la dépendance entre les containers (en particulier les subtilités réseaux).

Le présentateur a rappelé que Docker est une solution de containerisation qui n’efface pas les problèmes de production classiques. En termes d’évolutions, j’ai noté principalement le changement de politique de gestion des versions : une évolution du rythme de livraison (une version stable tous les 3 mois, une version instable tous les mois) et une nouvelle numérotation des versions à la manière de Ubuntu.

Dans un tout autre registre, la présentation 10 méthodes pour rendre heureux les développeurs de son entreprise, animée par Cyril Lakesh (AXA) et Romain Linsolas (SG), a rappelé les fondamentaux pour bien recruter et surtout garder ses (bons) développeurs. Pour résumer, le développeur est avant tout animé par sa soif d’apprendre et il faut :

  • cibler le recrutement en jouant la transparence sur les pratiques de l’entreprise,
  • lui proposer des perspectives de carrière “techniques”,
  • créer les bonnes conditions de travail, d’apprentissage et d’évolution des choix technologiques.

Pour finir

Ces 3 journées furent riches de rencontres, de réflexions et de prises de connaissances pour un événement qui mérite bien sa dénomination de Conférence pour les développeurs passionnés. Bravo aux organisateurs et à l’année prochaine !


Written by

Jean-François James

Still passionate after more than 30 years of experience in IT! DevOps advocate, head of the Expert Network at Worldline France